-Forum entierement dedié a la météorologie-
 
AccueilportailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 quelque definition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
meteo22
Neige abondante
Neige abondante
avatar

Nombre de messages : 941
Age : 25
Localisation : saint-igneuc-83md\'alti-22-bretagne-france
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: quelque definition   Lun 23 Juil - 13:06

orage violent:un orage est violent s'il donne un ou plusieurs des items suivants:

  • Grêle de 2 cm de diamètre ou plus ce qui est la cause de graves dommages aux habitations, cultures, personnes et animaux.
  • Vents de 90 km/h ou plus en rafales soudaines qui peuvent endommager les structures.
  • Tornades
  • Pluies diluviennes soudaines qui causeraient des inondations.



Exceptions:

  • Certains pays considèrent le taux d'éclairs comme étant un critère d'avertissement mais comme n'importe quel orage produit de la foudre, ce critère n'est pas vraiment indicateur de la violence de l'orage.
  • Certaines régions considèrent que de la grêle de moins de 2 cm est
    également un critère d'avertissement à cause des risques potentiels aux
    cultures: arbres fruitiers, vigne, etc.
  • Le critère de quantité de pluie est variable selon la géographie et
    le type de végétation puisque l'écoulement des eaux varie grandement
    selon les endroits. Certains pays coordonnent la prévision des orages
    avec leur système de mesures hydrologiques. Ils ne considèrent envoyer une alerte météorologique
    que lorsque la pluie a fait atteindre des niveaux critiques aux cours
    d'eaux d'une région et non avec le passage d'un orage violent.

SURVEILLANCE:
Par la suite, il suit la formation d'orages grâce aux radars météorologiques, aux satellites et autres données d'observations. Il envoie des alertes lorsque le potentiel donne des signes de se réaliser.
Voici une liste des indices que le prévisionniste recherche sur les images satellaires:

Orage supercellulaire vue par satellite: on remarque sur la partie arrière (près de Siren, Wisconsin) les sommets plus élevés faisant de l'ombre sur le reste du Cumulonimbus (Source: NOAA)






  • Il observe le sommet d'un orage de ce type par satellite météorologique.
    Si on remarque une suite caractéristique de « bulles » ascendantes,
    constituées de nuages qui s'élèvent entre deux et quatre kilomètres
    au-dessus du niveau supérieur du nuage principal avant de retomber dans
    la masse nuageuse, cela indique que le courant ascendant dans le nuage
    est particulièrement intense. Tous les éléments atteindront alors un
    niveau exceptionnel.
  • La température du sommet du nuage indique également son extension
    verticale. Le météorologiste peut en déduire le niveau de développement
    de l'orage en utilisant son analyse thermodynamique.
  • Dans le cas de lignes d'orages, la forme de la bordure arrière avec
    des échancrures lui indique que le courant-jet des niveaux moyens est
    en train de descendre vers le sol ce qui augmentera les rafales
    desçendantes.
  • On peut également noter la position du front de rafales autour de
    l'orage grâce à la formation de cumulus qui pourront devenir de
    nouveaux cumulonimbus.
  • On note également le dôme d'air froid qui descend de l'orage par le
    dégagement total derrière les cumulus. C'est une zone stable qui est
    défavorable à la convection.


Voici une liste des indices que le prévisionniste recherche sur les images des radars:

Ligne d'orages violents, vue par radar, qui ont donnés des tornades le 5 et 6 novembre 2005 près de Saint Louis (Missouri), États-Unis. Remarquez la ligne intense avec arcs (Source: NOAA)






  • Il regarde les données des radars et compare le patron vertical et
    horizontal des échos pour voir s'il correspond à la structure d'un
    orage supercellulaire, multicellulaire avec surplombs, ligne de grain,
    etc. (voir orage)[3].
  • Il a également l'aide des algorithmes associés à son programme de
    traitement de données radar pour attirer son attention sur certains
    points plus difficiles à suivre comme la présence de mésocyclones.

En plus:

  • Il surveille le taux de foudre. S'il assiste à une forte variation
    du taux de foudre avec un groupe d'orages qui a du potentiel violent ou
    un changement de négatif à positif, il peut en conclureleur
    développement rapide (montée du taux) ou le moment de leur plus grand
    potentiel (descente du taux).
  • Il regarde les stations de surface pour un indice sur la
    concentration de l'humidité, les sautes de vents, etc. afin de raffiner
    sa zone ou les orages devraient se diriger.
  • Il note toutes les informations qu'il recoit d'observateurs volontaires ou de chasseurs d'orages pour compléter son image mentale de la situation.
TEMPÊTE DE NEIGE:
Une tempête de neige est un phénomène météorologique produit par une dépression météorologique hivernale importante. Entre la fin de l'automne et le début du printemps, de tels systèmes se forment dans une masse d'air
sous le point de congélation et les précipitations tombent sous forme
de neige en quantité importante. Ces systèmes couvrent de vaste
étendues (dite échelle synoptique). Si la neige, poussée par les vents cause de la poudrerie (Canada français) ou du chasse-neige élevé (France), la visibilité sera fortement réduite et on peut retrouver des conditions de blizzard

Cyclone extratropical




Graphique météorologique fictif d'un cyclone extratropical affectant la Grande-Bretagne et l'Irlande. Les flèches bleues et rouges entre les isobares indiquent la direction des vents, alors que le symbole D marque le centre de la dépression, soit l'endroit de la plus basse pression atmosphérique.





Un cyclone extratropical, parfois nommé cyclone des latitudes moyennes, est un système météorologique de basse pression, d'échelle synoptique, qui se forme entre la ligne des tropiques et le cercle polaire. Il est associé à des fronts, soit des zones de gradients horizontaux de la température et du point de rosée, que l'on nomme aussi "zones baroclines"[1].
Les cyclones extratropicaux ont des caractéristiques différentes des cyclones tropicaux, alimentés par la convection, et des cyclones polaires plus au nord. Ils sont en fait les dépressions météorologiques qui passent quotidiennement sur la majorité du globe. Avec les anticyclones, ils régissent le temps sur la Terre, produisant nuages, pluie, vents et orages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
meteo22
Neige abondante
Neige abondante
avatar

Nombre de messages : 941
Age : 25
Localisation : saint-igneuc-83md\'alti-22-bretagne-france
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: quelque definition   Lun 23 Juil - 13:07

petit souvenir de 1999
LOTHAR le 26decembre1999

Lothar est le nom donné à la tempête qui a dévasté, dans la journée du 26 décembre 1999, les forêts de France, de Suisse, d’Allemagne et du Danemark, causant des dommages sans précédent avec des vents jusqu'à 259 km/h. La dépression a touché le Finistère à environ 2h, et Strasbourg à 11h, elle s'est donc déplacée à environ 100km/h.
Les vents les plus violents ont ravagé une bande d'environ 150 kilomètres de large le long de la ligne pointe de la Bretagne - Normandie vers l'Île-de-France puis Champagne-Ardenne, la Lorraine et Alsace en France. Elle a poursuivi sa route vers Allemagne et le nord-est y causant le même genre de dommages.
Situation exceptionnelle pour l'Europe, le creusement de cette bombe s'est accentué sur terre pour atteindre 960 hPa (960 mb) en raison probablement d'une interaction forte avec les courants jets d'altitude qui étaient proches de 400 km/h à 9000 m d'altitude

MARTIN le 27decembre1999

Cette seconde dépression se déplaçant aussi à une vitesse proche de 100 km/h et très profonde (jusqu'à 965 hPa à 16h en Bretagne) s'est développée au large de la Bretagne le 27 décembre 1999. Pour atteindre la côte de cette région vers 16h. Par la suite, elle s'est dirigée vers Nantes (19h), Dijon (1h le 28 décembre) et enfin l'Alsace (4h). Les régions de toute la côte Atlantique ont été les plus touchées par le vent, en particulier le département de la Charente-Maritime, qui a été le département le plus durement touché (198km/h à La Rochelle). Le vent continuait à souffler en Corse le mardi 28 au matin. La tempête a également affecté l'Espagne et le nord de l'Italie.
Au nord de la dépression, une injection d'air froid a donné dès l’après-midi du 27, des chutes de neige
tenant au sol sur le nord de la Bretagne et la Normandie. Durant la
nuit, la neige a atteint le Nord-Est de la France jusque sur le
Genevois, laissant même des flocons sur le sud de la région parisienne.
Pendant ce temps, le long de sa trajectoire, des quantités importantes
de pluie
ont causé des inondations. Dans certains endroits des Alpes, la neige a
duré deux jours et il y a eu environ deux mètres de neige qui sont
tombés.

les RAFALES DE VENT MAINTENENT:

Selon Météo-France[1], les rafales suivantes ont été notées:


26 décembre
Ploumanach
148 km/h
Île de Groix
162 km/h
Rennes
126 km/h
Nantes
126 km/h
Alençon
166 km/h
Rouen
140 km/h
Chartres
144 km/h
Paris (Parc Montsouris)
169 km/h
Paris (Anémomètre Tour Eiffel
214 km/h
Orly
173 km/h
Troyes
148 km/h
Dijon
126 km/h
Metz
155 km/h
Nancy
144 km/h
Colmar
165 km/h
Strasbourg
144 km/h
Aiguille des Grands Montets
(Chamonix-Argentière, 3275m)
320 km/h
27-28 décembre
Pointe du Raz
162 km/h
Île d'Yeu
162 km/h
Île d'Oléron
198 km/h
La Rochelle
151 km/h
Biscarosse
166 km/h
Cap Ferret
173 km/h
Bordeaux
144 km/h
Pau, Tarbes
137 km/h
Limoges
148 km/h
Aurillac
137 km/h
Perpignan
140 km/h
Clermont-Ferrand
159 km/h
Mâcon
126 km/h

LES GRANDES DEPENCES

Selon les assureurs[2] (Euros de 2006) et les autorités des différents pays:

  • 91 morts dont:

    • 2 morts en Suisse lorsqu'une cabine téléphérique est tombée à cause d’un arbre renversé par le vent lors de Lothar.


  • 140 millions m³ de bois abattus en France, l'équivalent d'un convoi ferroviaire ininterrompu d’Oslo à Gibraltar [3]
  • 13 millions m³ de bois abattus en Suisse[4].
  • Plus de 200 pylônes électriques renversés en France privant de courant plus de trois millions de foyers durant plusieurs jours.
  • Pertes économiques de 19,2 milliards dollars US (de 2006):



  • 12,8 milliards pour Lothar
  • 6,4 milliards pour Martin
  • Seulement 14,2 milliards ont été compensés par les assureurs.


consequence
Le service Météo France a mis en place un système de cartes de vigilance sur son site internet et à la télévision durant l'année 2002 pour appeler à la vigilance dans les départements concernés.
Début 2007, bien qu'il reste quelques endroits non traités, la plupart des zones d'arbres abattus ont été nettoyées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur72
Neige modérée
Neige modérée
avatar

Nombre de messages : 285
Age : 15
Localisation : Le Mans
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/09/2014

MessageSujet: Re: quelque definition   Mer 24 Sep - 18:44

merci meteo22 Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: quelque definition   

Revenir en haut Aller en bas
 
quelque definition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quelque definition
» Confier c'est quelque fois livrer Urgent
» DEFINITION DU MOT "HOBO"
» [FORUM] Tiens, au fait, il nous manque quelque chose, non?
» Jouer de quelque chose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-INFO METEO- :: La météo en generale :: Comprendre la météo-
Sauter vers: